Le traitement chirurgical de hydrocele_8

Le traitement chirurgical de hydrocele_8

Traitement de varicocèle bilatérale et autres scrotale comorbidités aide d’un seul scrotale Accès: Notre expérience sur 34 patients

3 Département d’urologie, Université Tor Vergata, Viale Oxford 81, 00133 Rome, Italie

Reçue le 30 Avril 2014; Accepté 6 Juin 2014; Publication 23 Juillet 2014

Sous la direction académique: Ralf Herwig

Copyright © 2014 F. Iacono et al. Ceci est un article en accès libre distribué sous la licence Creative Commons Paternité. ce qui permet une utilisation sans restriction, la distribution et la reproduction sur tout support, à condition que le travail original est correctement cité.

Abstrait

introduction. Varicocèle est la principale cause de l’infertilité chez les hommes et la cause la plus corrigible de trop. Dans cette étude, nous présentons notre expérience sur 34 patients atteints de varicocèle bilatérale et d’autres comorbidités scrotum traités subi une intervention chirurgicale avec un accès scrotum. Matériaux et méthodes. 34 patients ont été recrutés avec palpable et infraclinique (échographie doppler) clinique varicocèle bilatérale et d’autres comorbidités comme hydrocèle droite, hydrocèle gauche, hydrocèle bilatérale, et l’épididyme kyste. Ils ont tous subi varicocélectomie bilatérale scrotale sous anesthésie locale. Résultats et discussion. A 6 mois, pas d’autres complications ont été signalés. Aucun cas d’atrophie testiculaire a été observée. Aucun réapparition de la varicocèle. Tous les comorbidités scrotum ont été traités ainsi. Conclusion. accès scrotale avec une anesthésie locale est une technique sûre et utile pour traiter les patients atteints de varicocèle bilatérale et d’autres comorbidités scrotum.

1. Introduction

Varicocèle est une anomalie commune avec les implications andrologiques suivantes: échec de la croissance ipsilatéral testiculaire et le développement, les symptômes de la douleur et de l’inconfort, l’infertilité masculine. Il est communément admis que cette condition peut commencer avec le début de la puberté, vers l’âge de 15 ans [1].

La plupart des varicocèles sont laissés-face, et la prédominance de côté gauche est expliqué par le flux veineux turbulent liés à l’insertion de l’angle droit de la veine testiculaire gauche dans la veine rénale gauche [2]. Varicocèle est une anomalie physique présent dans 11,7% des hommes avec l’analyse du sperme normal et dans 25,4% des hommes avec le sperme anormal [3].

Varicocèles sont reconnus comme la cause chirurgicalement corrigibles la plus fréquente de l’infertilité masculine, mais le mécanisme exact de la dépréciation de la spermatogenèse induite varicocèle demeure un sujet de débat. L’association exacte entre la fertilité masculine réduite et varicocèle est inconnue, mais une méta-analyse a montré que le sperme amélioration est généralement observée après correction chirurgicale [4].

Varicocèle est associée à une augmentation des dommages de l’ADN de sperme, et ce sperme pathologie peut être secondaire à un stress oxydatif varicocèle médiée. Varicocélectomie peut inverser cette altération de l’ADN des spermatozoïdes, comme montré dans plusieurs études [5].

Les examens physiques et des échographies scrotales demeurent les méthodes les plus couramment utilisées. Varicocèle est classé au moment de l’examen physique initial selon le système de classement Dublin (I-III) [6]. La correction chirurgicale de la varicocèle améliore leur potentiel de fertilité [7]. Il existe plusieurs approches chirurgicales à varicocélectomie, chacun avec ses propres avantages et inconvénients: embolisation varicocèle, l’inguinaux traditionnelle (Ivanissevich) ou haute rétropéritonéale (Palomo) approches, réparation laparoscopique et réparation microchirurgicale via un inguinale ou l’incision subinguinal.

Les complications de la varicocèle comprennent la formation hydrocèle, la persistance ou réapparition de la varicocèle, et une atrophie des testicules rarement [8].

Bien qu’aucune des recommandations spécifiques existent quant à la technique chirurgicale optimale pour varicocélectomie, l’utilisation de grossissement pour préserver lymphatics et les artères testiculaires est recommandé.

Nous croyons fermement que varicocélectomie microchirurgicale est la technique de l’étalon-or pour varicocélectomie chez les adultes et les adolescents, en raison de la baisse récurrence et les taux de complications post-opératoires par rapport aux autres techniques [9].

Cependant, la chirurgie par une approche scrotale était pas très répandue en raison de la difficulté de préserver la vascularisation artérielle du testicule parce que le plexus pampiniforme des veines encoils l’artère testiculaire au niveau du scrotum. Par ailleurs, nous pensons que l’accès scrotale est utile dans la gestion de varicocélectomie bilatérale afin d’éviter deux incisions chirurgicales [10] et il peut être une technique valable quand il y a d’autres comorbidités scrotum à traiter.

2. Matériels et méthodes

Nous avons recruté dans notre étude, à partir de Février 2012 à Mars 2014, 34 patients adultes atteints de palpable et infraclinique (échographie doppler) clinique varicocèle bilatérale et d’autres comorbidités comme hydrocèle droite (6 pts), hydrocèle gauche (8 pt), hydrocèle bilatérale (8 pts), et l’épididyme kyste (12 pts).

Ils ont subi scrotale varicocélectomie bilatérale microchirurgicale.

Varicocèle a été classé en 4 étapes. Avant la chirurgie tous les patients ont subi un examen physique complet, y compris décubitus et debout examen du scrotum et un examen échographique doppler couleur.

Sous anesthésie locale, une seule incision a été faite sur le raphé médian, plutôt que deux incisions à la racine des deux hemiscrotums (Figure 1).

Figure 1: Une incision médiane du scrotum a été fait sur rafe.

Dartos fascia était ouverte, et testiculaire gauche a été exposée en ouvrant la tunique vaginale afin d’éliminer un liquide séreux donnée par une hydrocèle. Une résection et éversion de la tunique vaginale a été réalisée (Figure 2).

Figure 2: L’exposition de testiculaire gauche. Une résection et éversion de la tunique vaginale a été réalisée afin d’éliminer l’hydrocèle.

L’utilisation de deux Farabeuf rétracteurs le cordon spermatique gauche a été exposé plus proximalement jusqu’à ce que l’anneau inguinal externe et à ce niveau du fascia spermatique crémastérien et interne ont été ouvertes longitudinalement avec l’exposition de la veine testiculaire. Dans ce cas, nous avons effectué une ligature en bloc du plexus veineux spermatique antérieure en utilisant une suture absorbable (2,0 Vicryl) (figure 3). A notre avis, en préservant les artères crémaster et déférents est suffisant pour fournir la vascularisation du testicule dans les cas où l’artère testiculaire est endommagé.

Figure 3: Ligature du plexus veineux spermatique antérieure.

fascia crémastérien a été fermé à l’aide d’une suture absorbable (5,0 Vicryl).

La même procédure a été réalisée sur la droite testiculaire (Figures 4. 5. et 6).

Figure 4: L’exposition du testicule droit.

Figure 5: Exposition du cordon spermatique.

Figure 6: Ligature du plexus veineux spermatique antérieure.

Dartos fascia a été suturée à l’aide d’une suture de fonctionnement continu en utilisant un Vicryl 3.0.

Peau a été fermée à l’aide de 3 points de suture à suture non résorbable 3.0 Prolene (figure 7).

Figure 7: Fermeture de l’incision scrotale avec 3 stiches non résorbables.

Chirurgie pour les deux testiculaire a duré 30 minutes.

3. Résultats et discussion

Tous les patients ont été évalués à 1 semaine, à 3 et 6 mois après l’opération au moyen d’un examen physique, scrotale échographie Doppler, et l’analyse du sperme. Aucun des patients ont signalé une douleur à 3 mois de suivi. Oedème du cordon spermatique est survenue dans 12 pts avec régression spontanée à 3 mois de suivi, et dans 2 pts hydrocèle controlatéral a été observée. A 6 mois, pas d’autres complications ont été signalés. Aucun cas d’atrophie testiculaire a été observée. Aucun réapparition de la varicocèle. À notre avis varicocélectomie subinguinal est la meilleure approche pour varicocèle unilatérale, car il a l’avantage de permettre aux structures du cordon spermatique d’être tiré vers le haut et hors de la plaie de sorte que les artères, les vaisseaux lymphatiques, et de petites veines périartériel testiculaires peuvent être plus facilement identifiés et conservé. En outre, l’approche subinguinal permet d’accéder à spermatique externe et même les veines gubernacular, qui peut contourner le cordon spermatique et entraîner une récidive sinon ligaturé.

Au début des années 1900, une approche scrotale ouverte a été employée, impliquant la ligature de masse et l’excision du plexus variqueux des veines. Au niveau du scrotum, cependant, le plexus pampiniforme des veines est intimement liée à l’artère testiculaire enroulée. Pour de nombreux auteurs scrotale opérations doivent être évités parce que les dommages pour l’approvisionnement artériel du testicule se traduit fréquemment par une atrophie des testicules. Pour cette raison, dans l’approche du scrotum nous exposons le cordon spermatique plus proximalement, au niveau de l’anneau externe, afin d’éviter tout dommage à la vascularisation testiculaire (Figure 2).

Cependant, des études anatomiques ont montré que le diamètre de l’artère testiculaire est le principal apport de sang au testicule étant supérieur au diamètre de l’artère et de l’artère déférent crémastérien combiné [11].

Par ailleurs, nous croyons que la déférence (vasal) artère et, si préservé, l’artère crémastérien, fournira un apport sanguin adéquat aux testicules pour prévenir l’atrophie.

4. Conclusions

À notre avis varicocèle doit être proposée chez les jeunes hommes adultes présentant une insuffisance des paramètres séminales. Les patients atteints de varicocèle bilatérale préfèrent une seule incision. Lorsque l’incision est pratiquée sur le raphé médian, aucune cicatrice demeurent. Dans varicocèle bilatérale avec d’autres comorbidités scrotum l’approche unique réduit l’invasivité et augmente la satisfaction du patient.

Conflit d’interêts

Les auteurs déclarent qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts en ce qui concerne la publication du présent document.

Les références

  1. O. Steeno, J. Knops, L. Declerck, A. Adimoelja et H. van de Voorde, «Prévention des troubles de la fertilité par la détection et le traitement de la varicocèle à l’école et de l’âge du collège, » Andrologia. vol. 8, no. 1, pp. 47-53, 1976. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  2. E. Sabanegh et A. Agarwal, « L’infertilité masculine, » en Campbell-Walsh Urologie. A. J. Wein, L. R. Kavoussi, A. C. Novick, et A. W. Partin, Eds. pp. 636-637, Saunders, Philadelphia, Pa, USA, 10ème édition, 2012. Vue sur Google Scholar
  3. S. A. Said, A. Aribarg, P. Virutamsen et al. «L’influence de la varicocèle sur les paramètres de la fertilité dans un grand groupe d’hommes présentant des cliniques d’infertilité, » Fertility and Sterility. vol. 57, no. 6, pp. 1289 à 1293, 1992. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  4. A. Agarwal, F. Deepinder, M. Cocuzza et al. « L’efficacité de varicocélectomie dans l’amélioration de sperme parqameters: nouvelle approche méta-analytique, » Urologie. vol. 70, no. 3, pp. 532-538, 2007. Vue sur Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  5. A. Zini et G. Dohle, «Sont varicoceles associés à une augmentation de la fragmentation de l’acide désoxyribonucléique? » Fertility and Sterility. vol. 96, no. 6, pp. 1283-1287, 2011. Voir à Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  6. A. V. Hirsh, K. M. Cameron, J. P. Tyler, J. Simpson, et J. P. Pryor, «L’évaluation Doppler de varicocèles et reflux de la veine spermatique interne chez les hommes infertiles, » British Journal of Urology. vol. 52, no. 1, pp. 50-56, 1980. Voir à Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  7. M. H. Nasr-Esfahani, H. Abasi, S. Razavi, S. Ashrafi, et M. Tavalaee, « varicocélectomie: les paramètres du sperme et la carence en protamine, » International Journal of andrologie. vol. 32, no. 2, pp. 115-122, 2009. Vue sur Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  8. M. Goldstein, «Le traitement chirurgical de l’infertilité masculine, » dans Campbell-Walsh Urologie. A. Wein, L. R. Kavoussi, A. C. Novick, A. W. Partin, et C. A. Peters, Eds. pp. 648-987, Elsevier Saunders, Philadelphia, Pa, USA, 2012. Vue sur Google Scholar
  9. P. Mirilas et A. Mentessidou, « varicocélectomie subinguinal microchirurgicale chez les enfants, les adolescents et les adultes: anatomie chirurgicale et technique anatomiquement justifié, » Journal d’Andrologie. vol. 33, no. 3, pp. 338-349, 2012. Vue sur Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  10. F. Iacono, G. Capparelli, et M. D’Armiento, « bilatéral varicocèle réparation par extratunica procédure de vaginalis transscrotal en ambulatoire: une nouvelle technique, » Techniques en urologie. vol. 6, no. 3, pp. 196-200, 2000. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  11. J. D. Raman et M. Goldstein, « Caractérisation peropératoire de la vascularisation artérielle dans le cordon spermatique, » Urologie. vol. 64, no. 3, pp. 561-564, 2004. Voir à Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus

RELATED POSTS

Laisser un commentaire